Image aléatoire
Galerie


L'art de la réécriture en vers

 
 
Rss Conditions de réalisation

Le "versificulpteur"

Le versificateur est dans le dictionnaire !
Mais sa définition ne met pas en valeur
Son énorme travail et tout ce qu'il doit faire
Pour agencer les mots, comme un viticulteur
Travaillant sur sa vigne, avec son sécateur
Et tout son savoir-faire ! Car la définition
Dit qu'il écrit en vers comme un opérateur
Ne faisant pas appel à son inspiration !
Cette définition est, pour moi, le contraire
De ce que je dois faire lorsque j'ai un modèle
A retranscrire en vers car, avant de le faire,
Je fais comme un sculpteur, regardant son modèle
Avec une attention qui peut longtemps durer
Afin de s'imprégner, à la fois de son âme,
Sa forme et son esprit, qui vont ainsi donner,
Sous ses mains, la justesse et puis aussi la trame
De ce qu'on va nommer une oeuvre originale
Qui ira sublimer le modéle réel
Qui sera oublié ! Ce qui est bien normal,
Car il en est ainsi avec tous les modèles
Qui ont un jour servi aux célèbres sculpteurs !
Voilà donc la raison pourquoi je me réclame,
Non versificateur, mais "versificulpteur",
Du fait que je travaille d'abord avec mon âme !


***

Afin de réussir
Les versificulptures,
Il suffit de fournir,
Comme pour les sculptures,
La matière adéquate
Qui sont ici les mots,
Délivrés de leurs boîtes
Bien fermées par défaut
Par ceux dont la mémoire
A déjà vu leurs maux
Raconter leur histoire,
Parfois même un peu trop,
Mais avec leur langage,
Quelquefois inaudible
À ceux dont le courage
Est quant à lui visible !

Le versificulpteur
N’aura, tout simplement,
Qu’à bien ouvrir son cœur
Pour que l’agencement
Des mots soit naturel
Et vienne, patiemment,
Amadouer les rebelles
N’étant plus très vaillants
Pour ouvrir les soupapes
Laissant les sentiments
Ronger, comme une sape,
La vie, même au présent,
Et redonner leur place
À ceux disant l’amour
Avant le temps qui passe
Pour le garder toujours !


***


Mieux qu'un récit de vie
Une vie en poème
Dit tout ce que la vie
Doit dire à ceux qu'on aime...
Une enfance brisée,
Après qu'une marâtre
Fut venue remplacer
Celle qui porta quatre
Enfants nés de l'amour,
Entre elle et un papa
Qui perdit tout, le jour
Où il se remaria...
Ou un mariage heureux,
Toute une vie durant,
Jusqu'au dernier adieu
De son premier enfant !
Il est des circonstances,
Comme on le voit ici
Où beaucoup de souffrance
Fait regretter la vie
Parce que trop de maux
Sont venus remplacer
Les véritables mots
Qui auraient su donner,
A celui ou à celle
Qui les aurait formés,
Tout ce qu'une hirondelle
Arrive à apporter,
Au début du printemps,
Après un long hiver
Gorgé de mauvais temps
Qui fait pleurer la Terre !

Car tout peut être dit
Avec des mots choisis,
ou bien jetés en l’air
Qui seront nécessaires
A l'écrivain conseil,
Pour toucher son "oseille",
Car il lui faut du temps
Pour transformer, juste en
Un très joli poème,
Tous ces mots en Bohème
Que le client aura
Écrit sans apparat
Mais qui, vaille que vaille,
Diront tous les détails
Nécessaires au poète
Afin que, dans sa tête
S'agencent enfin les mots
Supprimant tous les maux
Qu'aura explicités
Ce client très pressé !
Un bon délai d'un mois
Devra, jusqu'à l'émoi
Se dérouler avant
D'avoir le poème en
Sa boîte aux lettres, un jour
Qu'il pourra, pour toujours,
Garder précieusement,
Dans un encadrement,
Ou bien aussi offrir
A ses enfants... ou, pire,
A ceux qui l'ont, sur Terre
Fait grandir en colère !


***


Pour tout renseignement,
Je vous prie, s'il vous plait,
D'écrire patiemment
Un courriel où les faits
Et tous vos sentiments
Seront explicités,
Comme les noms des gens
Devant être cités,
Et puis, évidemment,
Si nous tombons d'accord,
M'envoyer, sur le champ
Votre "Bon pour accord"
Signé, avec un chèque
Que je rembourserai
Au cas où un échec
D'inspiration venait !


***


Une question se pose,
Probablement alors,
A qui désormais ose
Lutter contre son sort :
Combien faut-il payer
Cette mise en poème
D'une vie compliquée
N'étant jamais la même ?
La réponse est facile :
Il s'agit d'un forfait
En fonction de la pile
De mots qu'il lui faudrait !

Pour être plus concret,
Il s'agit d'un cadeau,
Puisque le coût ne fait
Que juste quinze Euros
Pour une simple page
Comportant trente vers
Ou moins si son tirage
Se limite à ces vers !

Si la longueur dépasse
Ces trente premiers vers
Il suffit que l’on fasse
L’addition que ferait
Tout commerçant vendant
Un produit à la pièce
Soit plus précisément
La valeur d’une pièce
De cinquante centimes
Et quel que soit le vers
Sa longueur et sa rime
Pour simplifier l’affaire !

Enfin pour terminer
Sur ce sujet du coût
Il faut bien intégrer
Qu’on ne paye pas tout
Le temps que va passer
Le versificulpteur
À venir rencontrer
Son interlocuteur
Qui devra néanmoins
Lui payer le trajet
Et plus s’il vit plus loin
Que la portée d’un jet
Inférieur à un jour
À partir de sa ville
Se nommant Sarrebourg
Et qui se trouve pile
Entre Metz et Strasbourg !


***


En tout état de cause
Il n’est que demandé
De tout écrire en prose
Des faits et des idées
Au client souhaitant
Que son récit de vie
Ou celui d’un parent
Se trouve réécrit
En versificulpture
Qui aura le mérite
D’agir comme une cure
Sur tout ce qui l’habite
Car le fait de l’écrire
Avec ses propres doigts
Le fait déjà sortir
De soi, et puis le choix
De le transcrire en vers
Va l’éclairer soudain
Avec une lumière
Visible de plus loin
Grâce à la profondeur
Des mots s’enracinant
Et puisant dans le cœur
Le moindre sentiment
Qui se serait caché
Dans l’ombre de la prose
Qui ne dit pas d’emblée
Très forcément les choses !


***


Alors, pour simplifier
Ce n’est pas vraiment dur
De faire transformer
En versificulpture
Tous ses écrits jetés
Déjà sur le papier
Ou de les commencer
Il suffit d’accepter
De signer un contrat
Qu’on aura préparé
Ensemble pas à pas
Avant de se lancer !


***



INVENTAIRE DE SUJETS POSSIBLES


Avant de terminer cette présentation,
Je voudrais vous montrer dans quelles directions
Vous pouvez m'engager, avec un inventaire
Aussi élucubré que celui de Prévert :
- Un poème, en effet, peut être versifié
S'il est écrit en prose ou en mots alignés
Par des intellectuels croyant avoir trouvé
La panacée alors, qu'en fait, ils font pleurer
et la francophonie et ceux voulant vibrer
A la beauté des mots touchant à l'inconscient
Quand ils se trouvent au sein d'un vers à bon escient
Qui porte la musique et puis un sens caché
Que seul un vers en vers arrive à révéler !
Voilà cet inventaire : - Un généalogiste
Peut redonner la vie à tout ce qui n'existe
Plus désormais ici, en sortant des archives
qu'il a accumulé, ce que toute âme vive,
Vivant dans le passé, a bien dû supporter !
- Un amoureux transi qui aurait rencontré
Un grand amour, un jour qu'il n'a pas oublié,
Peut le ressusciter plutôt que s'accrocher
A ce beau souvenir, de plus en plus troublé !
- On peut encore y mettre une histoire du passé,
Vécue pendant la guerre ou par un vacancier,
Par un vieux loup de mer ou un jeune écolier,
Un vieux garçon d'hôtel ou une esthéticienne
Ou, pourquoi pas, une péripatéticienne
Qui a raté sa vie et voudrait la vomir
Pour, sur un autre pied, se remettre à sourire !
- Toutes les professions et toutes les passions,
Ainsi qu'un fait réel ou d'imagination,
Peut être relaté dans un de mes poèmes
Construit grâce à ces mots, jetés comme l'on sème,
Par celle ou par celui qui en a très envie,
Tout en y mettant un honnête et petit prix,
Comparé à celui d'un long récit de vie !
Mais qui, évidemment, se justifie aussi !

 
 
Note: Aucun avis
(0 note)
Ecrit par: versificulpteur, Le: 28/05/09


Site suivi par Ressource-info | Ecriture & Médiation 2009 | SIRET : 444 243 034 00022